Pourquoi la Chine ?

eoleTrois textes de la Section Clinique de Nantes

uforca_push

À l’occasion de la dernière venue de nos amis psychiatres chinois à Nantes, ont été écrits trois textes, qu’a édité dans un dossier Christiane Alberti dans le bulletin électronique Uforca pour l’Université Populaire Jacques Lacan, que nous remercions de nous avoir aimablement autorisé de publier ici. Télécharger le dossier
 

Pourquoi la Chine ?

Alain Cochard

On sait que le docteur Lacan a étudié le chinois pendant la guerre et qu’il a suivi les leçons d’un éminent sinologue, le professeur Paul Demiéville. En 1971, dans Son séminaire D’un discours qui ne serait pas du semblant, il s’aperçoit que les éléments de culture chinoise qu’il a étudiés et manipulés durant toutes ces années, sont au plus près de ce qu’il est en train d’élaborer. « Je me suis aperçu d’une chose [dit-il] c’est que, peut-être, je ne suis lacanien que parce que j’ai fait du chinois autrefois. »(…) Télécharger le dossier

Les fleurs et les fruits de la psychanalyse

Rencontre avec Zhang yong Dong, Wang Guanjun, Feng Yufang, Jing Yanling, Tian bo, venus de Qingdao.
Entretien réalisé par Fouzia Liget. Traduction de Yeqing Zhang Vivrel.

Vous êtes psychiatres, praticiens hospitaliers à Qingdao dans la province du Shandong, et vous venez en France pour suivre un séminaire de formation à la clinique psychanalytique. Vous suivez ce séminaire depuis deux ans. Qu’en attendez-vous ? (…) Télécharger le dossier

 

 

« Il y a trop d’eau dans son nom »

Jean-Louis Gault

Un soir d’automne à Pékin, madame L. nous fit partager sa découverte de l’inconscient. Nous venions de faire connaissance, notre interlocutrice, professeur de langue et de littérature françaises à l’université de la capitale chinoise, nous avait invités à la rejoindre dans un petit restaurant tout près de chez elle. Mme L. avait passé plusieurs années à Paris pour préparer sa thèse consacrée à un grand écrivain français. Elle y avait acquis une grande aisance dans le maniement de la langue. (…) Télécharger le dossier

.

.

.

.

.

.