Une politique anti-ABA pour l’autisme

12-02-26_autisme_michelle_dawsonCritique de la HAS : une politique anti-ABA pour l’autisme

par Éric Laurent[1]

L’adversaire le plus résolu des techniques comportementales ABA n’est pas une/un psychanalyste. C’est une chercheuse autiste qui réside au Canada. Il s’agit de Michelle Dawson née en 1961, qui a rejoint il y a un peu moins de dix ans l’équipe de recherche de Laurent Mottron à Montréal. Devant le tribunal canadien des droits de la personne elle a déclaré avoir été diagnostiquée autiste au début des années quatre vingt dix, donc assez tard. En 2004, elle signe un article retentissant «La mauvaise conduite des behavioristes ou les problèmes éthiques de l’industrie Aba-autisme. »

Dans cet article, elle lit et commente très précisément les publications de Ivar Lovaas, fondateur de la méthode ABA, pour mettre au point ce qu’elle appelle des objections « éthiques ». (…)

télécharger la suite (Le texte d’Éric Laurent est suivi d’un Communiqué du CLiPS)



[1] Ce texte est paru dans Lacan Quotidien n°164, le 26 février 2012.

Une réflexion au sujet de « Une politique anti-ABA pour l’autisme »

  1. Ping : Autisme et psychanalyse | La section clinique de Nantes

Les commentaires sont fermés.